Revenir à l’essentiel dans nos assiettes

Le fait de m’intéresser au minimalisme et aux impacts écologiques de notre consommation a provoqué chez moi une prise de conscience générale, s’immisçant dans chaque sphère de notre vie, éclairant chaque besoin sous un nouvel angle.

J’en suis rapidement venue à me questionner sur notre mode d’alimentation. D’un point de vue santé/ bien-être, on sait que les aliments ont un pouvoir énorme. Et bien sûr, les choix que nous faisons ont aussi un impact direct sur l’environnement.

Alors comment faire pour que notre alimentation nous soit bénéfique, et qu’elle respecte autant que possible la capacité de notre planète à nous nourrir ?

« Que l’alimentation soit ton premier médicament. »

HIPPOCRATE

Vous aussi, ce sujet vous interpelle mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ?

Voici quelques idées de changements que nous avons faits, pour réaligner nos habitudes avec nos valeurs et notre nouvelle philosophie minimaliste.

Pour revenir à l’essentiel, au naturel, au bon. Pour nous, et pour la planète.

1. Réduire sa consommation de viande.

Pourquoi ? Parce que la production intensive de ces dernières décennies a rendu la viande de moins en moins nutritive et même dangereuse pour la santé (cancers et maladies cardio-vasculaires, notamment) à cause de tout ce qu’elle contient d’OGM, antibiotiques, hormones, etc.

Puis, quand on sait l’impact dévastateur de l’industrie de la viande – et notamment du bœuf – sur notre environnement, on ne tergiverse pas longtemps.

Il est donc préférable d’en manger moins et moins souvent, mais de meilleure qualité.

2. Arrêter de consommer des plats tout-prêts ou des produits transformés.

Contrairement à ce que je pouvais imaginer au départ, cuisiner moi-même tous nos repas ne me prend pas tant de temps que ça. Et quel bonheur de découper ses légumes, de s’amuser avec ses épices et de régaler les papilles de toute la famille !

C’est très rassurant de savoir ce que l’on mange, sans se bourrer quotidiennement de conservateurs, arômes, sucre et sel ajoutés, et autres produits de synthèse bizarres.

En tant que maman, ça me tient particulièrement à cœur de préserver la santé de mes enfants et je suis persuadée que ça commence dans leurs assiettes, dès le plus jeune âge.

3. Consommer des produits complets ou semi-complets.

Ainsi, nous bénéficions de toutes les vitamines, protéines, fibres et tous les nutriments présents naturellement dans les céréales, qui disparaissent lorsqu’elles sont raffinées. On sait aujourd’hui qu’une consommation régulière de produits au blé complet, par exemple, diminue les maladies cardiaques et le cancer.

Revenir à la forme la plus simple de l’aliment est donc ce qu’il y a de mieux pour notre santé, et c’est tout aussi délicieux.

4. Manger des fruits et légumes de saison.

Dorénavant, plus de tomates au mois de janvier ou de poireaux en plein été !

Privilégier les produits locaux et de saison a représenté pour moi un des actes les plus porteurs de sens.

C’est beaucoup plus responsable vis-à-vis de la nature et des producteurs locaux. On évite ainsi les milliers de kilomètres parcourus pour venir satisfaire nos caprices. Ça encourage l’économie locale.

Et en plus, c’est meilleur : le goût, la fraîcheur, et le plaisir d’accueillir à nouveaux certains fruits ou légumes dans nos assiettes après quelques mois d’attente !

5. Acheter ses produits en vrac.

Pour réduire nos déchets et diminuer encore un peu plus notre impact négatif sur l’environnement, nous avons décidé de changer nos habitudes d’achat pour consommer le plus de produits possibles en vrac. Vive les sacs en tissus et les filets à légumes !

Sans démarche zéro déchet, la quantité d’emballages qui rentrent chaque jour chez nous est tout simplement étourdissante.

Le vrac nous a donc permis de réduire drastiquement la quantité de poubelles que nous produisons.

Près de chez nous, nous n’avons pas de magasin de vrac à proprement parler, mais nous avons la chance d’avoir un magasin Biocoop tout proche. Il possède un large achalandage de produits en vrac et un marché de produits frais bien fourni : fruits et légumes, œufs, viandes, poissons, fromages. Ainsi, nous arrivons à acheter entre 60 et 80 % de nos courses en vrac.

Je suis ce que je mange.

Revenir aux produits locaux, de saison, bruts, naturels… et remplacer l’industriel par le fait-maison a été un vrai changement d’habitudes. Cela nous a pris quelques mois d’ajustements, mais vu les bienfaits pour ma famille et pour notre planète, je ne reviendrais en arrière pour rien au monde.

[Je précise que cet article est seulement mon avis, non médical, qu’il a seulement vocation à vous inspirer dans une recherche d’un menu plus simple et respectueux des cycles de la nature, et qu’il ne tient pas compte d’éventuelles intolérances alimentaires ou maladies que vous pourriez avoir.]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s